Les Maisons fortes du mandement de Crémieu au 14 ème siècle, un témoignage de son passé conquérant ?

avril30

Les Maisons fortes du mandement de Crémieu au 14 ème siècle, un témoignage de son passé conquérant ?

17 pages A4, publié dans « les Heures de Crémieu » en mai 2008.

 

 

Crémieu est une petite ville du Dauphiné, elle a conservé son caractère médiéval par l’existence d’un imposant rempart (près de 2km), une très grande halle du 15ème siècle, de nombreuses échoppes du 16ème au 18ème siècle.

 

Cette région du centre Est de la France était, à l’époque,  située au beau milieu de deux entités concurrentes : la Savoie et le Dauphiné. En pleine construction dès le 12ème siècle par une lutte incessante en vue d’accroissement territorial, élargissement par accrétion de territoires seigneuriaux, les deux antagonistes étaient en permanence dans une situation de guerre larvée. Cette situation connut une nette aggravation  lorsque le baron de La Tour du Pin devint Dauphin en 1282 alors qu’il était le vassal du comte de Savoie. Cette principauté  était alors nettement plus puissante  par sa position et ses alliances, les Dauphinois durent parer au danger.

L’isle Crémieu, territoire naturel de la cité, était, ainsi que son nom l’indique, une sorte d’île du fait qu’elle était entourée de deux côté par le Rhône et des deux autres par des marécages difficiles à franchir. De plus cette île était principalement formée d’un plateau calcaire dominant un piémont à l’Ouest par une falaise d’une centaine de mètres d’abrupt. Une zone de repli stratégique en cas de difficulté guerrière. Crémieu lui avait donné son nom générique car la ville y était « encastrée » et y donnait accès par des vallées, seules voies carrossables.

 

Face à cette situation, les dauphins successifs permirent à leur noblesse de bâtir des petits bastions défensifs qui seront nommés plus tard  Maison Fortes. C’étaient des ensembles habités, souvent agrémentés d’une tour de guet et de murs d’isolement ; ils disposaient en général d’une petite garnison chargée de défendre le territoire alentours. En cas d’agressions, fréquentes  en ces temps, par des petites armées, elles pouvaient communiquer entre elles et donner l’alerte au pouvoir central.

 

En position centrale,  Crémieu devint le siège de cet ensemble défensif. Son mandement, fort de 22 paroisses, compris une  quarantaine de ces maisons  dès la fin du 14 ème siècle, ce qui en fait certainement le record de France sur un territoire d’environ 200 Km2. Elles sont presque encore toutes debout, remaniées au cours des siècles.

C’est l’histoire de leur établissement qui est reprise dans ce document.

 

  • Posted by Bernard
  • 1 Tags
  • 0 Comments
COMMENTS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *