L’Homme, un drôle d’animal ! Qui est-il au juste ? Qui sera-t-il demain ?

avril30

L’Homme, un drôle d’animal ! Qui est-il au juste ? Qui sera-t-il demain ?

 

Aboutissement récent du processus de vie, l’Homme cet animal « intelligent » qui, depuis des temps immémoriaux, s’interroge sur son origine, est-il en train de dépasser ses limites ?

 

pdf

L’home un drôle d’animal ! Qui est-il au juste ? Qui sera-t-il demain ?

64 pages A4, éditions le geai des chênes, mars 2013.


 

La lecture de deux numéros hors-série de la revue SCIENCES et AVENIR : « Qu’est-ce que l’Homme ? » et « L’animal est nous » m’avaient si intéressé –une centaine de scientifiques de tous genres, de philosophes, des sommités dans leurs disciplines (une quinzaine), avaient en une ou deux pages, tenté de répondre à cette question et à son pendant – que j’avais décidé, dans un premier temps, de faire une synthèse de toutes ces données. En réalité, j’ai pris la décision de réaliser un document plus complet, une partie de ce dernier reprend les propos les plus marquants de ces auteurs.

 

Ce document comprend une première partie « L’Homme : une continuité dans le monde animal », cette dernière résume en 24 pages le déroulement de l’histoire de la Terre et de la vie jusqu’à l’Homme Moderne que nous sommes.

 

La deuxième partie essaie de répondre à la question « Alors, c’est quoi l’Homme ». En 36 pages, j’aborde les aspects saillants les plus remarquables : les grandes civilisations, la conscience, la créativité mère du progrès, le temps de la consommation. S’en suit une synthèse des vues des 100 spécialistes : spécificités du comportement humain, la nature biologique de l’Homme fait elle la différence ? L’Homme, un animal ? La conscience, la sociabilité et l’empathie, la culture, la spiritualité et l’art, le langage et l’écriture. Enfin une tentative « d’où viennent ces capacités exceptionnelles ? »

 

La troisième « Et maintenant ? La vie continue » : « la terre, depuis plus de 4 milliards d’années, nous a « habitués » à un progrès systématique de libération de la vie : de la froideur et l’immobilité totale des roches – qui ont, elles aussi une vie et une mort – ont succédé une vie en milieu aqueux, océans, rivières, puis une autre vie sur terre ferme avec les plantes. Les plantes qui, bien que complètement immobiles, ont résolu le problème de la mobilité par la reproduction, avec la libération du pollen dans l’air : il va polliniser plus loin, une autre fleur.  Puis l’animal qui a acquis la mobilité physique. Enfin l’Homme, lui, a gagné la mobilité de l’esprit par la liberté de penser. »

 

Une conclusion, très personnelle aussi : Et voilà la Terre a beau foncer à 700.000 Km/h  sur son orbite autour du soleil, tourner sur elle-même à une vitesse de 2000Km /h ; les nuages ont beau jouer à cache-cache avec le soleil. Nous sommes toujours là. Toujours là à souvent implorer une divinité supérieure de nous protéger, ou à nous convaincre que nous sommes bien seuls dans cet univers gigantesque, insondable à nous faire peur. Peur de savoir pourquoi le plus « beau » et le plus intelligent des animaux conduit si mal son avenir.

 

Sommes-nous finalement condamnés à penser que l’Homme est à la fois un aboutissement et une fin ? «  La Terre a commencé sans lui, elle pourrait finir sans lui » [Claude Levi-Strauss]. De toute façon, au bout du compte, le soleil s’éteindra et les formes de vie terrestre s’éteindront avec. C’est aussi cela la leçon. Ce sera d’après les calculs, dans trois à cinq milliards d’années. D’ici là, restons optimistes : le meilleur est toujours possible et nous attend !

 

 

 

  • Posted by Bernard
  • 1 Tags
  • 0 Comments
COMMENTS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *